Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Incapable de bouger en eau trouble

Incapable de bouger en eau trouble

lundi 21 mai 2007, par Claude Cordier

Quand je croise quelqu’un qui songe comme moi, je lui fais un petit signe, s’il passe son chemin, je me dis que je dois poursuivre le mien sans lui. Et l’attendre au prochain arrêt.

Et les autres de me dire qu’il faut que je prenne la voie de l’élévation, ils m’enduisent de potions glaiseuses, me font respirer des parfums douteux, me nourrissent de gâteaux gouteux, afin que je retombe en enfance.

Pour moi re-tomber évoque la tombe de mes ancêtres que je ne visite jamais, car pour moi rien ne subsiste d’eux sous la glaise.

Et les autres de battre des tambours et de placer mon corps inerte au centre du rond de la danse sous une couverture en alpaca. Je les entends s’éclater en frappant le sol de leurs pieds, en mêlant leurs membres en une ronde affectueuse.

La musique rythmée et les chants me prennent la tête et je sais que mon âme va lâcher prise, et que même si je ne danse pas, je vais devoir parler pour l’autre, celui qui me garde, m’observe, me tient en respect et me permet de me souvenir de mes rêves et me fait les assumer, celui qui depuis que je suis petite m’intime d’écouter cette minuscule portion de moi qui est mon âme. Je sais qu’il ne me lâchera pas tant que je n’aurai pas renoncé à ce corps brumeux.

Alors, au milieu du tumulte, des tremblements du sol, des battements des cœurs, des crépitements des pieds, une frêle voix suraigüe émerge dessous une couverture pelucheuse : "Arrêtez vos tambours et vos fifres, préparez mon bucher. Placer tout en haut du volcan, fines branches et boisseaux secs, dès que le rouge sera mis ajouter ma dépouille, alors quitter le lieu pour me permettre de monter en ciel clair." Et tout sera dit

P.-S.

21/05/2007

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette